Anatole Aristide NORMANT (1835-1889). Manufacturier, né à Romorantin le 19 avril 1835 et mort à Paris en 1889. Fils de René-Hippolyte NORMANT (1796-1867) et d'Anne-Claire LEFEBVRE (1806-1889), l'enfant grandit dans la manufacture de draps créée par son père et ses oncles. A l'issue de ses études et après le décès de son frère René Eugène NORMANT survenu en 1858, Anatole Aristide NORMANT est envoyé à Elbeuf pour le remplacer et diriger à son tour la manufacture familiale elbeuvienne. En 1867 au décès de son père, il rentre alors définitivement à Romorantin et participe activement à la direction de la fabrique romorantinaise avec ses frères. Le 17 juin 1867, il épouse à l'âge de 32 ans, à Chisseaux dans l'Indre-et-Loire, Mathilde Adèle d'AUTANCOURT (1850-1909). La jeune épouse est orpheline de Pierre Jules d'AUTANCOURT, lieutenant-colonel du génie décédé en 1865. C'est la petite-fille du baron Pierre d'AUTANCOURT, chevalier du Premier Empire. Sa grand-mère maternelle, née Marie Louise Adèle LEFEBVRE, est la cousine germaine de la mère d'Anatole Aristide NORMANT. L'époux est doté par ses parents d'une somme de 110 000 francs et de la propriété du Grand Grange-Neuve, réunissant plus de 1 000 hectares d'un seul tenant sur les cantons de Levroux et Vatan dans le département de l'Indre. Son existence est alors entièrement consacrée au travail et il fait prospérer la manufacture romorantinaise. Signe de prééminence de sa famille sur l'ensemble de la société locale, Anatole Aristide NORMANT devient le premier édile de la ville. Il est nommé maire de Romorantin par arrêté ministériel du 7 janvier 1871 et renommé par décret du Président de la République du 6 juin 1874. Il occupe le poste de maire jusqu'au 30 janvier 1875. Parallèlement à cet engagement, son épouse la baronne d'AUTANCOURT est présidente du comite de Romorantin pour la souscription patriotique des femmes de France en 1872. Elle collecte des fonds pour la libération du territoire. Très estimé à Romorantin, Anatole Aristide NORMANT réside dans une grande maison acquise en 1867 à Georges Amable CHEVALLIER ancien banquier. Bâtie à l'entrée du faubourg Saint-Roch et aux portes de l'usine familiale, il fait édifier sur son emplacement un hôtel particulier sur le modèle des grands immeubles de l'avenue Foch à Paris. Ce bâtiment est actuellement l'hôtel de ville de Romorantin-Lanthenay. Dans les années 1870, il investit dans de nombreux domaines ruraux principalement situés en Berry. En 1880 et 1881, il acquiert conjointement avec ses 3 frères des immeubles de rapport à Paris ; puis en 1883 et 1884, il en acquiert personnellement 2 autres. Anatole Aristide NORMANT meurt de maladie le 14 avril 1889 après deux mois de grande souffrance, dans son appartement parisien. Il est inhumé à Romorantin. Ses obsèques sont célébrées au milieu d'une foule immense le 17 avril 1889. Toute la population et les ouvriers lui rendent un hommage unanime. Encore membre de la manufacture NORMANT frères à son décès, il a plus de 500 000 francs de droits dans la société familiale. Pour conserver sa demeure dans la famille, son frère Lionel NORMANT acquiert son hôtel particulier.
Lieux Collection Normant Synopsis Sites amis Book Contact Accueil Auteur Biographies La manufacture Normant : une aventure industrielle unique en Sologne
Copyright Décembre 2010
Auteur : Laurent LEROY - Design by : Live On Web Communication
Mentions légales. Droit d’auteur et droits de propriété Le site www.histoirenormantromorantin.com constitue une œuvre dont Laurent LEROY est l’auteur au sens des articles L111-1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Les photographies, textes, dessins, graphismes ainsi que toutes œuvres intégrées dans le contenu du site sont propriété de Laurent LEROY ou de tiers ayant autorisé à les utiliser. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, dudit site et des œuvres qui y sont reproduits sont autorisés sous réserve qu’elles soient strictement réservées à un usage personnel excluant tout usage à des fins publicitaires et/ou commerciales et/ou d’informations et/ou qu’elles soient conformes aux dispositions de l’article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle. A l’exception des dispositions ci-dessus, toute reproduction, représentation, utilisation ou modification, par quelque procédé que ce soit, de tout ou partie du site, de tout ou partie des différentes œuvres qui le composent, sans avoir obtenu l’autorisation préalable de Laurent LEROY, est strictement interdite et constitue un délit de contrefaçon sanctionné par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.