Emile Benjamin NORMANT : le grand modernisateur du tournant du siècle (1845-1920). Manufacturier et maire de Villeherviers, né à Romorantin le 20 décembre 1845 et mort à Romorantin le 3 janvier 1920. C’est le dernier enfant de René Hippolyte NORMANT et Anne-Claire LEFEBVRE. Il grandit dans la manufacture familiale où il apprend toutes les étapes de la fabrication des draps. En 1867, au décès de son père, le jeune homme est associé à ses frères aînés et leur mère à la conduite de l'entreprise. Durant la guerre franco-prussienne, il est directeur des ateliers de mécanique de Romorantin. Il devient maire de Villeherviers à partir de 1871, fonction qu’il occupe durant 40 années. Il fait preuve d’un grand évergétisme pour la collectivité : il participe, entre autres, à la réfection de la mairie et de l'école, à la création d'un lavoir communal et d'un bureau de bienfaisance. Il épouse en février 1874, Louise Emilie Thérèse PUISTIENNE, fille de médecin, dont l'un des frères est un médecin très en vue dans la station thermale de Vichy en Auvergne, où son grand-père maternel fut maire. Le couple NORMANT a deux filles nommées Renée et Edithe, et un garçon, Hippolyte. Après avoir œuvré avec ses frères à la prospérité de la maison, Benjamin NORMANT devient le seul continuateur de l’entreprise familiale en 1889. En 1895, lorsqu'est créé la Chambre de Commerce et d'Industrie du département, Benjamin NORMANT est nommé vice-président aux côtés d'Albert POULAIN (il en sort en 1912). C'est un patron qui se montre très au courant de toutes les améliorations de l'industrie. Il suit le progrès technique de près. En 1895, il équipe la manufacture de métiers mécaniques modernes, signifiant la fin des métiers à bras traditionnels et du travail à domicile qui survivait en Sologne jusqu'à cette époque. Il tente vainement une croissance externe en acquiérant une filature à Brosseville dans l'Eure (1895), mais il n'arrive finalement pas à se mettre d'accord avec l'inventeur des brevets (invention pour un nouveau genre de tissu, dit Jersey-Cheviotte) que la maison Normant frères a acquis au même moment et mis à la tête de ladite filature : il renonce au projet et revend le tout en 1898. Au tournant du siècle, il réorganise profondément la manufacture romorantinaise, dont la production était disséminée jusque là en différents lieux, il en centralise l’activité sur le site principal du faubourg Saint-Roch. Il y fait rebâtir une vaste usine. Celle-ci devient un modèle pour de nombreuses autres maisons, notamment la société métallurgique Magnard de Fourchambault, dans la Nièvre, qui s’en inspire. De cette époque datent la porte d'entrée monumentale, dite " porte des Béliers " à la gloire du travail des laines et du commerce, et la grande salle des métiers à tisser construite selon le procédé HENNEBIQUE, abritant environ 200 machines. Parallèlement, Benjamin NORMANT diversifie la fortune familiale : à partir des années 1880, il investi dans l'hôtellerie de luxe en faisant édifier l'hôtel Métrople situé à Aix-les-Bains en Savoie. L'immeuble est réalisé selon les plans de l'architecte parisien GARRIGENC, il comporte une galerie marchande dénommée " la Galerie Normant ". Egalement il relance, avec un certain succès, un grand vignoble autour du domaine de Fleurac en Dordogne, devenu propriété de la famille. Il bâtit un nouveau château de style néo-Renaissance, achevé en 1904. Parallèlement, il agrandie énormément le domaine, plante de nouvelles vignes et construit des chais de grandes capacités. Les vins, de grande qualité, sont plusieurs fois primés (1905). En parallèle, il developpe la culture du pruneau. A son décès, il laisse une maison Normant florissante entre les mains de son fils. En modernisant continuellement la manufacture, Benjamin NORMANT en fait l'une des plus belles entreprises du début du XXe siècle, elle est un modèle d'organisation pour de nombreuses industries.
Lieux Collection Normant Synopsis Sites amis Book Contact Accueil Auteur Biographies La manufacture Normant : une aventure industrielle unique en Sologne
Copyright Décembre 2010
Auteur : Laurent LEROY - Design by : Live On Web Communication
Mentions légales. Droit d’auteur et droits de propriété Le site www.histoirenormantromorantin.com constitue une œuvre dont Laurent LEROY est l’auteur au sens des articles L111-1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Les photographies, textes, dessins, graphismes ainsi que toutes œuvres intégrées dans le contenu du site sont propriété de Laurent LEROY ou de tiers ayant autorisé à les utiliser. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, dudit site et des œuvres qui y sont reproduits sont autorisés sous réserve qu’elles soient strictement réservées à un usage personnel excluant tout usage à des fins publicitaires et/ou commerciales et/ou d’informations et/ou qu’elles soient conformes aux dispositions de l’article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle. A l’exception des dispositions ci-dessus, toute reproduction, représentation, utilisation ou modification, par quelque procédé que ce soit, de tout ou partie du site, de tout ou partie des différentes œuvres qui le composent, sans avoir obtenu l’autorisation préalable de Laurent LEROY, est strictement interdite et constitue un délit de contrefaçon sanctionné par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.